WORKSHOPS 2009 / 2010



du 02.11.09 au 06.11.09


JENNIFER LACEY (USA)

Jennifer Lacey est une chorégraphe américaine basée à Paris.
Dans les années 90 à New York, elle est membre de la compagnie Randy Warshaw et danse entre autres avec Jennifer Monson, DD Dorvillier, John Jasperse, Yvonne Meir ou encore Ellen Fisher. Parallèlement, elle commence à développer son propre travail chorégraphique, qu'elle présente au PS 122, au Movement Research Danspace St Marks ainsi que dans différents théâtres et festivals en Europe (Kaaitheater, Ménagerie de verre et Szene festival Salzburg en particulier). En 2000, Jennifer Lacey s’installe à Paris. Elle fonde avec Carole Bodin la compagnie Megagloss et débute une collaboration privilégiée avec l’artiste visuelle et scénographe Nadia Lauro. Ensemble, elles créent notamment $Shot (2000), la série Châteaux of France (2001-2005), This is an Epic (2003), mhmmmm (2005), Les assistantes (2008). À côté de son travail avec Nadia Lauro, Jennifer Lacey a aussi produit ces dernières années plusieurs projets aux frontières équivoques : Projet Bonbonnière, un projet de recherche vivant et itinérant conçu pour réhabiliter les théâtres à l’italienne ; Prodwhee !, une série de performances jetables utilisant l’accueil en résidence comme monnaie d’échange ; Robin Hood, une performance mythique et invisible avec l’artiste Cerith Wyn Evans ; Robin Hood-The Tour, un acte de vol perpétré avec le compositeur et musicien Florian Hecker et plus récemment, Transmaniastan, une œuvre commandée pour « une exposition chorégraphiée » à la Kunsthalle St. Gallen. Jennifer Lacey a par ailleurs chorégraphié plusieurs solos dont Two discussions of an anterior event, Tall et OUCH !



JULIEN OTTAVI

Médiactiviste, artiste-chercheur, poète et arracheur de langue, musicien, réalisateur de films expérimentaux et performeur…etc. Membre fondateur d’Apo33 et activateur des associations Noise Mutation & Ecos. Il est actuellement co-directeur de Area10Medialab à Londres. Développe un travail de recherche et de création croisant art sonore, poésie sonore, nouvelles technologies, bricolage de dispositifs électroniques et performance. Actif dans le mouvement du libre, il développe la distribution multimédia Gnu/Linux Apodio qu’il utilise dans la plupart ses créations, processus et ateliers. Il organise de nombreux évènements allant de rencontres entre chercheurs, artistes et activistes, des festivals d’art sonore ou de création multimédia, de performance, à des ateliers sur les logiciels libres et la réappropriation des dispositifs technologiques. Au delà des médiums et des catégories, l’activation et la mise en abime d’énergies, de concepts et de forces par l’expérience est une des ses manières de pratiquer la création dans ses réalités matérielles, sociales, sensorielles, sensibles et conceptuelles

http://www.noiser.org



du 25.01.10 au 29.01.10


ERIC HURTADO

Poète, musicien, cinéaste, photographe, il fonde en 1980 avec son frère Marc le groupe ETANT DONNES, qui devient rapidement incontournable dans les domaines de la musique « industrielle », de la performance et du théatre rituel. De nombreuses collaborations avec les groupes majeurs de l’avant-garde musicale internationale (Alan Vega, Genesis P.Orridge, Michael Gira, Lydia Lunch…) Plusieurs films « expérimentaux », dont le dernier JAJOUKA, tourné au Maroc sur les rites et la musique de ce village du Rif révélés par Brion Gysin dans les années 60, sortira sur les écrans cette année. Hurtado Eric vit et travaille à Grenoble où il enseigne en tant que professeur à l’Ecole Supérieure d’Art.



JEROME NOETINGER

Dirige Metamkine, catalogue de vente par correspondance spécialisé dans les musiques électroacoustiques et improvisées. Membre du comité de rédaction du magazine trimestriel Revue & Corrigée. Membre de l'équipe du 102 rue d'Alembert à Grenoble de 1989 à 1998 : programmation cinéma et musique.
Cours de musique électroacoustique sous la direction de Xavier Garcia de 1986 à 1988 au COREAM à Fontaine (38).
Compose des musiques concrètes en studio.
Pratique l'improvisation sur scène avec un dispositif électroacoustique regroupant magnétophones à bande, table de mixage, synthétiseurs analogiques, hauts-parleurs, micros et électronique...
Réalise également des conférences ou des ateliers autour de la musique concrète, de l'improvisation, des questions de distribution et de production...
Joue en solo ou accompagné.

contenu du workshop
Cinqs jours de pratique et d'écoute, d'actions et d'aventures, d'explorations et d'expérimentations, de doigts dans les circuits imprimés et d'oreilles dans les étoiles, de n'importe quoi et d'encore plus… si affinités.
Pratique de l'improvisation sur des dispositifs électroacoustiques : magnétophone à bandes, radio, synthétiseur analogique, micros, hauts-parleurs, détournement et récupération de corps sonores, instruments à inventer… Mais aussi un partage et un échange de l'écoute.
C'est avant tout la pratique qui sera mise en avant. Donc pas de résultat, ni de mise en situation publique.

www.metamkine.com
http://metamkine.free.fr
http://adrien.merigeau.free.fr/jerome



du 29.03.10 au 01.04.10


ALAN LICHT (USA)

Alan licht est musicien, écrivain et critique musical. Depuis 1980 il joue dans divers groupe comme Run on et Pacific Ocean... mais aussi avec plusieurs musicien d’avant-garde comme Jim O’Rourke, Loren mazzacan Connors, Rudolf Grey. Sa musique combine aussi bien des boucles de bande magnétique que des bruits produits par une guitare ou des instruments préparés, ou encore de la pure musique pop. En tant que journaliste musical et écrivain sur la musique minimaliste, il collabore régulièrement au magazine The Wire ; en 2000 il a publié son premier livre An Emotional Memoir of Martha Quinn, suivi en 2007 de Sound Art: Beyond Music, Between Categories. Pour ce workshop il proposera un travail autour de l'improvisation musicale.

http://www.myspace.com/alanlicht



STEPHANE BERARD

Cet artiste, originaire de Haute Provence et intéressé par l’écriture, la vidéo et la musique, réalise des expositions où pour chaque discipline, il en explore tous les genres : et s'il suffisait de se fier aux grosses ficelles de l'étude chronologico-pédagogique le propos de Bérard se répartirait sur différentes périodes. La première dite de «Conversion» (comment en faire partie); puis la période «Solidarité-vache et plaisir d'offrir» (le Bérard Social club pour une esthétique relationnelle lucide I le travail, une question de répartition ou de dissolution des responsabilités); La période «Attrape-nigaud et joie de recevoir» (l'art, sa survie et l'institution); la période «La création et ses besoins» (le cinéma, le design, l'architecture...). Stéphane Bérard est né en 1966. Il vit et travaille en région Paca.

http://www.myspace.com/stephaneberard